5fd01d92.gif
etoile.gif Bonne visite etoile.gif

Le funambule

  Défis des mots de Luneau.. | Page d'accueil | Le journal de Sylvie (4).. 

: Ajouté le 16/12/2008 à 09:23

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 

Confronter sa vie

 

Le funambule

 

 

Debout devant sa décision, va-t-il ou pas traverser ce qui lui semble aller vers son au-delà. Le vent souffle doucement, mais, à cette altitude, un rien fait tout chavirer. Le câble ne lui semble pas très large, ce soir. Les lumières de la ville se balancent doucement, comme si elles dansaient la valse au rythme de la brise.

Les gens sont en bas et le regardent. Il a même l'impression que quelques-uns souhaiteraient qu'il tombe simplement en bas, comme ça, pour mourir sous leurs yeux.

Bizarres, les gens, parfois. Il lève les yeux au ciel, respire à fond, son cœur bat très fort, il lui fait presque perdre pied. Tiens, les nuages sont bas ce soir. Il fait beau pourtant.

Le vent est encore doux. Il revoit sa mère qui lui crie de se dépêcher, il va être en retard pour l'école, sa sœur qui pleure quand il a brisé sa poupée, son père qui veut lui enseigner c'est quoi être un homme alors qu'il se demande si lui-même ne l'a jamais été. Il tourne la tête lentement vers le sud de la ville. C'est là que vit Suzy, son grand amour.

Ce soir, elle n'est pas là. Elle avait autre chose de plus intéressant à faire. Il aurait aimé qu'elle y soit. La dernière fois qu'il lui a fait l'amour, c'était tellement doux, il se croyait caressé par un lys des champs en plein été.

Son rire à Suzy, c'est la source derrière la maison de sa grand-mère, éclatante, brillante, soulageante, rassurante. Mais tout ça, c'est du passé, comme Mireille, sa prof de 4e année.

Comme il a pu être amoureux d'elle. C'est fou, toute l'année, il n'a cessé de laver le tableau, de lui apporter des fleurs sauvages et quelques pissenlits qu'elle prenait à chaque fois avec un sourire, les déposant dans un verre d'eau comme s'il s'agissait de roses à longues tiges. L'heure tourne, il va devoir s'élancer dans quelques minutes.

 

Le rassemblement devient de plus en plus important. Il voit des gyrophares de police qui ajoutent à son spectacle. Il y a même quelques flashs de photographes qui veulent le premier scoop de la journée de demain. Il étire le pied, lentement, soigneusement, le glisse sur le câble avec précaution. Il sent la respiration des gens en bas qui se retient comme s'ils ne voulaient pas faire de vent qui risquerait de le faire tomber.

Le premier pas est fait, le second s'en vient. Il avance subtilement, précautionneusement, sur le mince câble d'acier rattaché à l'autre extrémité à un immense building qui abrite des compagnies d'assurances. Il continue sa traversée comme Jacques Cartier la sienne, mais lui, il sait parfaitement où cela va le mener, …vers sa destinée.

 

Il est presque traversé. Ses pieds sont solides et ne connaissent pas la peur, mais lui, oui. Il voit sa mère de l'autre côté, comme quand il apprenait à marcher. « Vient mon amour, vient. Allons, mon chéri, vient. » Il ne lui reste que 3 ou 4 pas et il y sera. … encore une fois, il aura défié la mort. Il lui aura dit qu'il est le plus fort, qu'elle ne l'aura pas eu encore cette fois. Et le vent, contre toute attente, se met à souffler un peu plus fort. Il ne lui reste qu'un pas et il est là. Il soulève le pied, le dépose. Il voit les briques du building, peut presque y toucher. Il étire sa main et la pose rapidement sur le rebord de la fenêtre, s'agrippe à la brique, dépose son pied sur le coin stable de la fenêtre. La foule en bas crie, hurle.

 

Il se retourne et les salue de la main comme Gulliver revenu du pays des géants. Il a vaincu. Pas de photo à sensation, les journalistes sont déçus. Les gens qui le voulaient mort s'en retournent. Y'avait rien à voir de spécial. Tantôt, des gens viendront retirer le câble pour éviter que d'autres essaient de faire de même.

Il va téléphoner à Suzy pour lui dire qu'il a réussi.

 

Mais comme d'habitude quand le téléphone sonne, elle va encore penser … qu'il est tombé …

 

***

  Défis des mots de Luneau.. | Page d'accueil | Le journal de Sylvie (4).. 

» Catégories Poésie d'amour
Poster un commentaire

17/12/2008 - Commentaire sans titre

Posté par argi

voir l'image en taille réelle

 C'est beau à lire....merci Helenp pour ces mots justes qui franchissent notre pensée.

Voici mon vote du jour et mon amitié

   Belle journée . Bisous  d'Argi

Lien Permanent

16/12/2008 - Commentaire sans titre

Posté par poesiedamour

En effet la vie est parfois si difficile

Merci de votre passage

 

Helen

Lien Permanent

16/12/2008 - Remerciement

Posté par omnipresence

Merci d'avoir été la première à honorer mon blog...

J'apprécie votre sens créatif et votre sens du Partage...

Confronter sa vie est un combat de tous les instants...

Anaha

Lien Permanent

A propos du blogueur

Parfois on a envie juste d'un peu de calme, juste d'un temps pour réfléchir respirer doucement. Chez moi voilà ce que vous trouverez Helenp ? Voir mon profil

Liens

? Poésie d'amour

Archives

<%ArchiveInfo%>

| Contact author |