5fd01d92.gif
etoile.gif Bonne visite etoile.gif

Femme battue

  Regarde-moi !.. | Page d'accueil | Le journal de Sylvie (4).. 

: Ajouté le 13/12/2008 à 13:12

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 

les peurs d'une femme battue

 

Personne !

 

 

Elle marche lentement sur le bord de la plage, regardant devant elle, mais sans vraiment voir. Elle sent la fraîcheur de l'eau lui frôler les pieds. Mais ce soir, Diane ne se sent pas très bien, elle a le cœur sur le bord des larmes. Elle cherche une réponse qui ne semble pas venir depuis si longtemps. Elle a tant aimé Pat.

Comment se peut-il que tout ça se soit terminé, où la brisure s'est produite? Elle se souvient de la première fois où il l'a frôlée. Comme c'était doux, tendre et incroyable. Et le sourire de Pat. Et comme il savait glisser sur elle avec tant de chaleur, lui seul arrivait à lui faire perdre la tête aussi vite. Pourtant, il ne subsiste plus rien de ça, sauf quelques bribes de souvenirs qui lui font plus mal qu'autre chose. Elle n'aurait jamais cru devoir partir aussi vite de la maison et laisser tout derrière. Cet homme si doux, comment a-t-il pu changer d'un coup et avoir au fond des yeux une colère qu'elle n'avait jamais vu avant chez personne?

 

Deux ans après leur rencontre, Pat leva la main vers elle une première fois avec cette colère au fond des yeux. Il ne la toucha pas. Il se retourna et sortit de la maison en claquant la porte, laissant Diane dans la cuisine à ne pas vraiment comprendre ce qui c'était passé. Tout ce qu'elle sait, c'est qu'elle a mal agi pour le mettre dans une telle colère, comme lorsqu'elle était petite et que son père lui ramenait des claques derrière la tête. Elle avait encore gaffé.

Le soir venu, Pat revint à la maison, le cœur tout chaviré d'avoir perdu patience envers elle. Diane lui promet de faire attention, de ne jamais recommencer qu'elle est désolée et qu'elle ne le fera plus Ces paroles ont soudain une résonance connue. Elle ne le fera plus.

Quelques mois ont passé et Diane a pris garde de ne pas attiser la colère de Pat. Mais, un soir, elle ne sait trop pourquoi, alors que Pat rentre du bureau fatigué de sa journée, elle a passé derrière lui et, pourtant elle le savait quand il est fatigué, il n'aime pas être dérangé ou qu'on lui parle, il veut respirer, ne pas se sentir envahi, elle le savait tellement, mais elle eut envie de lui caresser la nuque, cette nuque qu'elle aime tant embrasser le soir lorsqu'il se couche.

Il a fait un geste en la repoussant et se mit à lui crier après. Elle venait encore de gaffer. La main de Pat s'est élevée, mais cette fois ne s'est pas arrêtée. La bouche de Diane s'est couverte de sang, une dent a coupé la lèvre inférieure et son visage devint tout rouge, ses yeux pleins de larmes. Elle partit en courant se réfugier dans sa chambre. Puis, elle entendit le grincement de la porte.

Pat est entré.

 

« Tu le sais pourtant que j'aime pas que tu me déranges, tu le fais exprès pour me mettre en colère. Je n'aime pas te frapper mais on dirait que tu ne comprends pas sans ça. »

 

Les mêmes paroles que son père lui disait. Les deux ne pouvaient pas avoir tort, tout était bien de sa faute. Le lendemain, sa mère l'a invité à aller magasiner, mais Diane a refusé, sa bouche était si enflée que sa mère lui aurait posé des questions et elle ne voulait pas lui dire qu'elle n'avait pas changé, qu'elle poussait encore les gens à bout. La troisième fois que Pat l'a frappée, c'était un peu avant Noël.

Il avait un peu bu au party de bureau et Diane l'avait accompagné. Elle s'était bien amusée, les amis de Pat étaient charmants. Ils ont ri comme des fous pendant que Pat, lui, s'amusait à l'autre bout de la salle. C'est au retour que Diane a vu que Pat était dans une rage folle.

Il l'accusait d'avoir fait du charme à tous ses amis et qu'elle avait l'air d'une vraie ******. Arrivés à la maison, il s'est mis à la frapper, frapper et frapper si fort qu'elle ne voyait plus les coups arriver.

Elle se souvient d'être tombée sur le bord de la table de la cuisine et que son bras avait cogné très fort. Quand il l'avait poussée sur le mur et que sa tête l'avait frappé violemment, c'est là qu'elle avait crié « NON, arrête ». Il frappait toujours, sans répit.

Ce sont des voisins alertés par les bruits qui avaient téléphoné à la police. On avait amené Pat au poste et reconduit Diane à l'urgence. Ses cotes étaient cassées ainsi que son bras droit, sa tête fendue profondément, la cicatrice de l'autre jour était presque guérie quand sa bouche avait déchirée encore.

Quand elle est revenue à elle, elle a ouvert les yeux, s'est levée de peine et de misère pour se diriger vers le petit miroir de la salle de bain. C'est là qu'elle a vu son visage tuméfié, enflé, déchiré. Elle a éclaté en sanglot. Une femme est entrée à ce moment. Elle l'a prise dans ses bras, l'a serrée contre elle et lui a dit « c'est fini, plus personne ne te fera de mal, c'est fini ». Diane n'arrêtait pas de pleurer, ses cotes lui faisaient mal, mais encore plus, son cœur et son âme.

 

« J'ai cherché pourquoi ce qu'il m'a fait, j'ai mal agi. »

 

La femme l'a regardé, prit le visage défait de Diane entre ses doigts, doucement, et dit

 

« je te défend de dire une chose pareille. Non, tu n'as rien fait, rien ne justifie ça, rien tu m'entends. Personne au monde n'a le droit de te faire ça, personne, tu m'entends. »

 

Diane l'a regardée, mais cette femme ne savait pas qu'elle avait oublié de ne pas parler aux amis de Pat.

 

« Personne, personne, personne, lui raisonne dans la tête, personne, … »

 

Diane est partie un jour de septembre, laissant tout derrière elle. Elle s'est réfugiée chez cette femme qui a un refuge pour femmes battues.

 

Jamais Dia aurait cru qu'elle se retrouverait là un jour, jamais. Et ce soir, sur cette plage, elle entend encore ces mots

 

« personne, personne n'a le droit de te faire ça, personne, … »

 

***

  Regarde-moi !.. | Page d'accueil | Le journal de Sylvie (4).. 

» Catégories Défis des mots
Poster un commentaire

A propos du blogueur

Parfois on a envie juste d'un peu de calme, juste d'un temps pour réfléchir respirer doucement. Chez moi voilà ce que vous trouverez Helenp ? Voir mon profil

Liens

? Poésie d'amour

Archives

<%ArchiveInfo%>

| Contact author |